L’espace métropolitain du Bassin lémanique

Le Bassin lémanique est l’une des régions les plus prisées des institutions internationales, des organisateurs de congrès et des organismes bancaires en Europe. Il est aussi le berceau de l’industrie du luxe. Le Bassin lémanique accueille des hautes écoles et des pôles de recherche reconnus internationalement, ainsi qu’un grand nombre d’entreprises actives dans le monde entier.
Désormais, il s’agira de rassembler les forces des deux pôles de développement de la région, soit Lausanne et Genève, et de s’engager dans un processus de collaboration avec la partie française du territoire. Une stratégie territoriale transfrontalière commune constitue la condition de base pour pouvoir piloter le développement vers les sites adéquats et préserver les paysages uniques de ce territoire de l’étalement urbain.

Développement territorial polycentrique
Développement territorial polycentrique

Bassin lémanique : stratégies

Renforcer l’attrait de la région pour les organisations
internationales
Il convient de maintenir – et d’améliorer si nécessaire – les avantages économiques, juridiques,
fiscaux et territoriaux qu’offre la région aux organisations internationales qui souhaitent
s’y établir ou y rester
Renforcer l’économie du savoir L’économie du savoir, déjà bien implantée, devra se renforcer dans le sens d’une diversification.
Il s’agira en particulier de promouvoir la collaboration entre les universités, leur mise en
réseau au plan national et international, et d’encourager la collaboration entre les hautes
écoles, l’EPFL et l’économie.
Promouvoir les pôles de
développement métropolitains
Les acteurs concernés joignent leurs efforts en faveur du développement prioritaire et durable
des axes d’urbanisation La Praille-Saint-Julien, Étoile Gare-Annemasse et de la région
Lausanne-Ouest.
Assurer l’accès à des logements
appropriés
Malgré la pression immobilière, sensible dans le coeur urbain surtout, il s’agit d’assurer que
tous les groupes de population aient accès à un logement approprié, y compris ceux qui sont
économiquement moins favorisés. Une offre culturelle et de logements équilibrée et diversifiée
doit être encouragée dans les quartiers pour lutter contre les processus de ségrégation
sociale. Il s’agit de promouvoir un développement équilibré du logement tant du côté suisse
que du côté français de l’espace métropolitain
Maintenir la fonctionnalité de
l’aéroport de Genève-Cointrin
Il s’agit d’assurer la fonctionnalité et l’attrait de l’aéroport de Genève-Cointrin à long terme.
L’opportunité de son raccordement au réseau ferroviaire à grande vitesse devra être étudiée.
Créer un système RER pour
l’ensemble de l’espace
métropolitain
Des améliorations du réseau de transports publics sont requises en priorité entre Lausanne
et Genève, mais aussi sur la rive méridionale du Léman, en direction de Thonon-Evian et
d’Annecy. Un système RER transfrontalier commun devra être mis en place dans l’espace
métropolitain, d’entente avec les instances françaises concernées et en intégrant les
systèmes de RER lausannois et genevois existants. Cette extension doit s’accompagner
d’une concentration du développement urbain autour des haltes et gares, afin d’éviter un
étalement supplémentaire des constructions. Un réseau dense de dessertes de proximité
(tram, bus, mobilité douce) doit compléter le RER dans le périmètre du coeur urbain
Assurer le raccordement
au réseau ferroviaire
à grande vitesse
Le raccordement de l’espace métropolitain en direction de Paris, Lyon-Marseille, Turin-Milan
devra intervenir d’entente avec les instances concernées dans les pays voisins en question.
Assurer la fonctionnalité
du réseau routier
La fonctionnalité du réseau routier suprarégional doit être assurée, en particulier en ville de
Genève, sur les tronçons Le Vengeron-Lyon, ainsi que sur ceux de Morges et de Crissier.
Promouvoir une qualité
de vie élevée
Une vie culturelle au rayonnement international et une offre de loisirs diversifiée, couplées à
la préservation des qualités paysagères, constituent des facteurs déterminants de la qualité
de vie qu’il s’agit de promouvoir de manière ciblée.
La Côte, Lavaux et les
Rochers-de-Naye :
des paysages à préserver
Les paysages lacustres et les vignobles, en particulier La Côte, Lavaux et les Rochersde-
Naye, doivent être préservés et promus de manière ciblée en leur qualité d’éléments
identitaires de la région métropolitaine. Il s’agit notamment de mettre un frein à l’étalement
urbain sur La Côte
Valoriser les grands espaces
agricoles
Les régions agricoles du Gros-de-Vaud et de La Côte, mais aussi certaines parties de la « couronne
agricole franco-valdo-genevoise » (terres de Satigny, Saconnex-d’Arve et Jussy) doivent
être conservées à titre de surfaces agricoles prioritaires ; il s’agit également d’assurer
leur mise en réseau écologique et de les conserver à titre de paysages ouverts structurés par
leurs villages.
Trouver des alternatives à
l’étalement urbain
Dans l’espace rural, il s’agit de trouver des alternatives au développement immobilier diffus
et disséminé. Les stratégies à mettre en place devront concentrer l’urbanisation sur les centres
existants et valoriser les paysages ruraux et les espaces de délassement
Étendre la collaboration
transfrontalière à l’ensemble
de l’espace métropolitain
La mise en place de collaborations institutionnelles au niveau des agglomérations, puis, sur
cette base, au niveau de l’espace métropolitain, constitue une priorité absolue.

Les éléments de cette page sont extraits de "Projet de terrtoire Suisse", l'avant-projet pour la consultation tripartite