Mobilité douce

Définition: la mobilité douce regroupe les déplacements à pied, à vélo, avec une nouvelle forme de mobilité (trottinette, patins et planches à roulettes et vélos d'enfants) et la randonnée pédestre.

La mobilité douce devrait être valorisée et intégrée au projet d’agglomération jusqu’à en constituer une pièce maîtresse. Sur le plan du financement, nous proposons que le fonds d’infrastructures fédéral contribue aux projets à hauteur de 40 à 50%, également en France. Une partie de la «rétrocession suisse des impôts frontaliers» pourrait alors être utilisée pour développer les infrastructures de mobilité douce dans l’agglomération. La décision revient bien sûr aux communes concernées.

 

La CEST et le CLE demandent que le projet d’agglomération

soit amendé pour inclure les propositions suivantes

 

  • Promouvoir la mobilité douce à travers la réalisation d’infrastructures appropriées
  • Etablir un plan directeur de la mobilité douce pour l’agglomération
  • Réaliser le plan piéton de la ville de Genève[1]
  • Adopter une politique volontariste de sécurité routière, en collaboration avec les milieux de la santé
  • Liaison piétonne (tunnel) entre la gare de Champel (CEVA) et l’Hôpital

 

La CEST et le CLE demandent que le projet d’agglomération

soit amendé pour inclure les propositions suivantes

 

Aménagements cyclables

  • Axe Annemasse – Cornavin – Meyrin – St Genis – Gex – Divonne
  • Axe Nations – Colovrex – Ferney-Voltaire – Gex
  • Vélocôte (voie cyclable le long de la voie ferrée Genève-Lausanne)
  • Accès aux gares et haltes de transports publics
  • Stations pour vélos

 

Passerelles (liaisons) pour la mobilité douce

  • Passerelle Stade de Genève – Palettes (Lancy)
  • Passerelle de la Jonction
  • Passerelle Nations - Sécheron

[1] Approuvé par le Conseil d’Etat du canton de Genève

Extrait du suivi du Livre vert (2009)

 

La mobilité douce devait être valorisée et intégrée au projet d'agglomération jusqu'à en constituer une pièce maîtresse. De fait, les documents du projet d'agglomération contiennent de très nombreuses références à la mobilité douce, et de manière générale le développement d'un transfert modal en faveur des transports publics et des mobilités douces est bien un objectif d'agglomération qui définit l'orientation de la stratégie de mobilité. Toutefois, la mobilité douce reste largement négligée. Si les autorités en parlent, au fond, elles n’y croient guère, sauf exception notamment à Genève. S’il y avait eu au moins quelques études préliminaires, la Confédération aurait sans doute placé des mesures en catégorie A qui ont été déclassées en catégorie B, voire rejetées.

 

6.1.1 Mobilité douce en générale et sécurité des déplacements

• Les propositions suivantes ont été classées "objectifs", "stratégie" ou "action" intégrées dans le Projet d'agglomération:

·      Promouvoir la mobilité douce à travers la réalisation d'infrastructures appropriées.

Un grand nombre de projets d'infrastructure intègrent une composante pour la mobilité douce. La CEST et le CLE suivront avec attention les divers développements pour s'assurer que cette intégration ne sera pas escamotée.

 

·      Établir un plan directeur de la mobilité douce pour l'agglomération

Nous connaissons le concept de mobilité douce à l’horizon 2030 publié dans le cahier No 3 p57, toutefois nous doutons de la volonté de le concrétiser au niveau de l’agglomération. Divers plans localisés existent ou sont en devenir, mais leur intégration fait défaut.

Voir Plan directeur genevois de la mobilité douce (avril 2011)

 

·      Réaliser le Plan piéton de la ville de Genève

La mise en oeuvre de ce plan, pourtant approuvé par le Conseil d'Etat, marque le pas. La volonté politique semble faire défaut. La Ville de Genève l’a réintroduit dans son nouveau plan directeur communal.

 

·      Adopter une politique volontariste de sécurité routière, en collaboration avec les milieux de la santé

Les fiches de mesures contiennent de nombreuses références à la sécurité routière. Cependant, il manque tout lien à l'impact sur la santé, et la notion de volontarisme n'est pas mentionnée. Aucune coordination n’a lieu, la volonté genevoise est gravement défaillante.

 

·      Liaison piétonne (tunnel) entre la gare de Champel (CEVA) et l'Hôpital

Cette liaison est désormais considérée comme acquise, en relation avec la construction de CEVA.

La CEST et le CLE réitèrent et précisent  leurs demandes

         concrétise le concept de mobilité douce en un plan directeur de la mobilité douce pour l'agglomération.

         Réaliser – enfin – le plan piéton de la Ville de Genève.

          Traiter la sécurité routière sous l'angle de son impact sur la santé, d’appliquer des mesures volontaristes pour son amélioration et de coordonner les mesures.

 

6.1.2. Aménagements cyclables

Dans le volet concernant les aménagements cyclables, les propositions du Livre vert ci-dessous ont été classées comme 'Actions intégrées' dans le Projet d'agglomération:

 

·      Axe Annemasse – Cornavin – Meyrin – St Genis – Gex – Divonne

Le récent Cahier no 15-1 du Projet d'agglomération intitulé 'Voie verte d'agglomération, Document cadre' est consacré à cet axe. Dans le détail, les mesures 10-6 Annemasse–Eaux-Vives et 30-4 Eaux-Vives–Hôpital sont retenues en Liste A par la Confédération, d'autres mesures comme 30-12 Franchissement du Rhône pour piétons et cycles sont placées en Liste C et font l'objet de demandes de re-priorisation par les partenaires du Projet d'agglomération. (...).

Voir verte d'agglomération (mai 2011)

Voire le projet de voie verte d'agglomération qui concrétise la demande ci-dessus

 

·      Axe Nations – Colovrex – Ferney-Voltaire – Gex

Une voie verte entre Ferney et Gex fait l'objet de la mesure 32-1-8, elle est exclue du financement de la Confédération. Rien ne paraît être prévu entre la place des Nations et Ferney.

 

·      Vélocôte (voie cyclable le long de la voie ferrée Genève-Lausanne)

On ne trouve aucune mention de cet aménagement dans les fiches de mesures.

 

·      Accès aux gares et haltes de transports publics

Divers aménagements ponctuels sont mentionnés dans des fiches. Les propositions restent vagues.

 

·      Stations pour vélos

Dans le détail, le petit nombre de stations- vélo mentionnées dans des fiches de mesures sont soit rejetées soit mises dans la Liste C par la Confédération; les partenaires du Projet d'agglomération demandent leur repriorisation, ce que nous soutenons. En l’état, les propositions sont trop vagues. Ceci explique cela.

 

La CEST et le CLE demandent que

• les aménagements cyclables ci-dessus, soient reconnus comme actions à intégrer dans le Projet d'agglomération,

• fassent l'objet d'un financement adéquat

• soient réalisés de manière complète, cohérente et coordonnée

• de ne pas oublier la concertation

 

6.1.3. Passerelles (liaisons) pour la mobilité douce,

les propositions du Livre vert ci-dessous ont été classées comme 'Actions intégrées' dans le Projet d'agglomération:

·      Passerelle Stade de Genève – Palettes (Lancy)

Cette réalisation n'est mentionnée dans aucune fiche de mesures.

·      Passerelle de la Jonction

Cette réalisation n'est mentionnée dans aucune fiche de mesures. La Mesure 30-1 concerne la 'Nouvelle passerelle piétonne et 2 routes des Vernets' (dont on présume la réalisation en 2008), mais il ne s'agit en principe pas du même ouvrage. Nous sommes très fermement opposés à la proposition de certains députés genevois de de transformer la passerelle pour la mobilité douce de la Jonction en un nouveau pont routier.

·      Passerelle Nations – Sécheron

Cette réalisation fait l'objet de la Mesure 30-7 placée en Liste A par la Confédération.

 

·       Passerelle Nyon – Prangins (mesure 31.3)

Cette mesure est un élément important de VéloCôte qui permettrait de donner une impulsion forte à ce concept.

 

La CEST et le CLE demandent d'inclure dans les mesures à réaliser en priorité A les passerelles

  Stade de Genève–Palettes

  Jonction (sans voitures !)

•  Nyon-Prangins